Accessoires pour animal de compagnie

Barf chien choyés comme des stars

L'année 2019 met en exergue l'émergence d'un nouveau mode d'alimentation canine. Soucieux de choyés leurs compagnons, les nouveaux maîtres branchés de la scène bobo parisienne ont décidé de plébisciter systématiquement ce nouveau mode d'alimentation qu'est le raw food. Moins strict que le barf chien, il permet l’adjonction de blé ou avoisine dans l'assiette des canidés.

Le meilleur ami de l'homme n'est pas un carnivore strict comme peut l’être le chat par exemple. Il permet donc une variabilité alimentaire plus élevé, ce qui n'est pas pour déplaire à nos maîtres qui tombaient parfois à cours d'imagination pour créer les meilleurs gamelles du moment et les partager via des selfies sur instagram.

Donner du plaisir par la mastication est un des principaux leitmotiv des barfeurs des temps modernes. Les couleurs ne manquent pas dans les assiettes carnés de nos canidés dévoreur de viande.

La summer 2019 dog fashion food

Par contre l'odeur nauséabonde du foie ou de la panse de boeuf aura eu raison de certains motivés. Il existent en alternative des rations journalière préparées et dosées en amont pour ne plus avoir à manipuler la matière première de l'alimentation des chiens.

Peau, poil, transit, soif, tout irait mieux dans le meilleurs des mondes pour les chiens que nous avons interviewés et pour lesquels nous avons réalisé un reccueil de témoignage après plusieurs semaines d'utilisation de ce nouveau mode de consommation.

Même un chiot de 4 semaines peut déjà être sevré avec cette alimentation du futur. Combien de temps tiendront ces irréductibles gaulois atteints d’anthropomorphisme, c'est le défi que s'est lancé David, 32 ans, accompagné de Filou, magnifique cocker américain tricolore qui vient de souffler ses trois bougies sur un joli cou de poulet bien charnu.

Une fois l'assiette dévorée, il ne vous reste plus qu'à vous conseiller ce nouveau mode de consommation canine plébiscité par les grands comme les petits chiens.

Toutes nos excuses pour les croquettes addictives qui n'auront pas trouvé ici pet food à leur pied :)

C'est sans doute la plus récente de nos races. Nous vous laissons la découvrir avec son histoire, la description de son type, les particularités de sa fourrure car il en a une, mais surtout le témoignage de Catherine Bastide, éleveuse, juge et spécialiste internationale du monde félin. Son récit nous livre les interrogations, discussions, incertitudes mais aussi les décisions qui agitent et entourent la naissance d'une race, assurent ou non sa perennité. Ce texte et les photos qui l'accompagnent nous ont été confiés à titre gracieux par l'auteur.

L'histoire du Peterbald commence en 1994 à St Petersbourg avec l'union d'un mâle Donskoy, Afinogen Myth et d'une chatte Orientale Radma von Jagerhov sous l'impulsion d'Olga S. Mironova. Les deux premières portées ont donné quatre chatons Peterbalds qui sont à l'origine de tous les Peterbalds d'aujourd'hui: Mandarin iz Murino, Muscat iz Murino, Nezhenka iz Murino and Nocturne iz Murino.

En 1996, la race naissante était reconnue en Russie par la Russian Selectional Feline Federation avec la rédaction d'un premier standard. Elle fut acceptée en Nouvelles Races par la Tica en 1997 et par le WCF en Championnat en 2003. A la TICA, le Peterbald peut concourir en Championnat depuis le 1er mai 2006. Au LOOF, la race a été admise en Championnat le 1er janvier 2007.

PeterbaldCB08_15-moisOK

Barabashkas Bibigon, éleveuse Catherine Bastide, à 15 mois

La série de photos ci dessus et ci-dessous montre l'évolution de Barabashkas Bibigon.La série permet d'observer l'évolution de son poil, qui dans cette race est dû à un gêne dominant comme chez le Don Sphynx, mais "à dominance incomplète". La dernière partie de cette contribution traite de cette particularité.

Le Peterbald à Moscou : le choc absolu

Lorsque je suis allée juger à Moscou lors d'une exposition Tica en juin 2005, le Peterbald ne m'était pas totalement inconnu. J'avais vu quelques photos et j'avais travaillé, entre autre, avec Aline Noël sur la rédaction du standard LOOF actuel. L'idée cependant d'un Siamois ou d'un Oriental nu était loin de me séduire. Jusqu'au moment où l'on a amené sur ma table une femelle chocolat tortie, Mercuryhold Yana, et son fils, un jeune red point, Volshebny Zwer Rurik. J'avais sous les yeux des chats au type très proche des meilleurs Siamois et Orientaux contemporains mais recouverts d'une fourrure si courte et si douce au toucher qu'on aurait dit du velours ras. Le choc absolu.

PeterbaldCB08_7-mois

7 mois

Svetlana Gilenko (élevage Volshebny Zwer) ne parlant pratiquement pas l'Anglais, je me retournai vers Alexei Shchukin, juge TICA et FIFé russe et ami de Svetlana qui officiait avec moi ce jour-là: le Peterbald, c'était donc ça ? Ces chats musclés, puissants, élégants avec cette fourrure-là ? La confirmation d'Alexei fut le deuxième choc et, je l'avoue, dès cet instant, je n'ai pensé qu'au moment où un Peterbald rejoindrait la maison.

Divergences

Dès le lendemain, je commençai mes recherche sur la race. D'où venait-elle ? Quel était le standard des éleveurs russes ? Quel était le type de fourrure idéal ? Le type oriental était-il vraiment celui recherché ?

PeterbaldCB08_2-mois

2 mois

La première surprise vint des Etats-Unis avec mon inscription à la liste du club de race Tica dirigé par Nancy Parkinson (juge, éleveuse de Siamois et Orientaux, affixe Pazz, et vice–présidente de la TICA). A mon grand étonnement, le Peterbald avait déjà franchi beaucoup des étapes qui devaient le mener en championnat quelques mois plus tard. Mais les éleveurs américains, dont beaucoup sont des éleveurs de Sphynx, avaient dans la tête un chat assez différent de l'idéal russe, intermédiaire entre le type oriental et l'ancêtre Donskoy.

Autre différence de taille, la fourrure brush, sorte de poil dur plus ou moins épars, utile pour l'élevage mais interdite en expo par les Russes, semblait ici trouver beaucoup d'amateurs.

Il s'en est suivi moult discussions dans lesquelles, avec quelques Russes et quelques autres Européens, j'essayais d'apporter, non mon expérience, mais au moins mon témoignage de ce que je voyais en Russie : le Peterbald est un chat résolument Oriental, les Russes n'autorisant d'ailleurs pour seul mariage que le Siamois et l'Oriental, et ayant interdit l'hybridation d'origine avec le Donskoy, nu ou couvert d'une très courte fourrure.

PeterbaldCB08_1-mois

1 mois

Une race orientale

De là sont apparues de vraies différences entre ce que souhaitent les uns et les autres. Le Peterbald est somme toute une race très récente. Les pedigrees des Peterbalds russes ne montrent que des mariages Peterbald x Peterbald, Peterbald x Siamois, Peterbald x Oriental, tous les chatons issus de ces unions rejoignant, bien sûr, le livre Peterbald, y compris les chatons à poil normal qu'on ne distinguera bientôt plus des Orientaux et des Siamois d'origine... Ce qui fait penser que cette race doit aller dans les mains des éleveurs de Siamois et d'Orientaux bien plus que dans celle des éleveurs de Sphynx, même si on peut naturellement aimer et élever les deux.

PeterbaldCB08_3-sem

3 semaines

La courte expérience de l'expansion de la race en Europe de l'Ouest montre d'ailleurs un véritable engouement des éleveurs de Siamois et d'Orientaux pour lesquels la fourrure ultra courte du Peterbald est un moyen de mettre en valeur la morphologie et le type de leurs meilleurs chats. Pas de poils superflus qui masquent l'élégance d'une encolure ou épaississent une queue.
A mon grand étonnement, moi qui me suis tant heurtée aux puristes lors des reconnaissances des Orientaux et des Siamois bicolores, je ne ressens pas cette hostilité que j'ai dû si souvent affronter. Le statut de race différente du Peterbald rassure. Ils y a ceux qui adorent et les autres qui ne se sentent pas concernés. C'est bien comme ça.

PeterbaldCB08_1sem

1 semaine

Tout reste à faire

Bien que séduite par le Peterbald, je reste persuadée que tout est encore à faire. Les éleveurs russes, qui m'impressionnent par leur sérieux et la qualité de leurs chats, - quelles que soient les races !!!-, ont initié un travail formidable, obtenant aujourd'hui des sujets d'un type remarquable à partir de chats sans origine connue à 6 ou 7 générations.

Mais créer une race est une chose. La stabiliser en est une autre. La question de l'héritabilité de la texture et les grandes variations observées entre les chats totalement nus, au poil ultra ras ou plus ou moins recouverts de poil dur reste en suspens. Il en est de même de l'incertaine prédictibilité du type de fourrure à l'âge adulte, les nus complets excepté.

La seule chose certaine, c'est qu'un chat à poil normal (plat) ne redonnera JAMAIS de chat à poil modifié, sauf s'il est lui-même marié à un chat au poil modifié. Vous trouverez en lien ci dessous deux photos montrant la différence entre un chaton à poil plat et un autre à poil mofifié. (NDLR : par "modifié", il faut entendre poil différent de normal).

PeterbaldCB08_wholelitter

La portée entière

La plus mince affaire n'est pas de protéger cette race, facile à élever mais difficile à bien élever. Beaucoup s'imagineront obtenir rapidement des Peterbalds en les mariant simplement à des Siamois pour les vendre un bon prix, surfant sur la vague de la nouveauté (tout ce qui est rare est cher). Cette erreur pourrait être fatale au bon développement de la race. La majorité des Peterbalds sont des chats de travail et non des chats aboutis.

De même, la recherche du « tout nu », alors que le standard autorise les poils très courts appelés flock ou velours particulièrement appréciés par les éleveurs de Siamois et d'Orientaux, pourrait conduire à la même dérive qui a éloigné le Sphynx canadien du type original sacrifié à la nudité.

Type

Aujourd'hui, la race se développe en direction d'un type résolument oriental avec une tête triangulaire, un profil droit, des yeux en amande, de grandes oreilles attachées bas. Le corps est tubulaire, les pattes hautes et fines, la queue en fouet. Pour cette raison, les éleveurs russes ne marient plus leur Peterbalds qu'à des Siamois et des Orientaux.

CBEl-Shaklan-Callas-Furreve

La célèbre El Shaklan Callas Furrever, éleveuse Catherine Bastide

Fourrure

Le gène responsable de la « nudité » du Peterbald est différent de celui du Sphynx canadien car il est dominant et s'apparente plus à un gène responsable d'une perte de poil que d'une véritable nudité. C'est évidemment le même gène que chez le Don Sphynx dont le Peterbald est issu.

C'est un gène à dominance incomplète qui s'exprime sous trois formes principales :

- Nu (ou rubber) :Chat complètement nu qui nait sans poil et souvent sans moustache.

- Velours (ou flock): Chat recouvert d'un poil très court qui ne se voit pratiquement pas ou qui peut aller jusqu'à 2/3 mn et très doux au toucher, comme un velours ras. Les extrémités sont parfois recouvertes d'un poil plus long et parfois un peu dur.

- Brush : Chat recouvert d'un poil dur et frisé, souvent épars.

Des combinaisons intermédiaires velours/brush sont possibles dont les brush point qui ont des poils plus longs et plus durs sur les extrémités (museau, pattes et queue).

On peut noter que les Peterbalds peuvent perdre des poils jusqu'à l'âge de deux ans avec des périodes intermédiaires, notamment vers 4/5 mois, où pousse un poil dur qui tombe généralement à l'âge adulte.

Le Peterbald dans le monde

Aujourd'hui, le Peterbald est reconnu par les associations félines russes, le WCF et la majorité des associations indépendantes européennes.

Un dossier de reconnaissance a été déposé à la FIFé où la race est en « preliminary new breed », dernière étape avant la reconnaissance complète

La race est reconnue par la Tica depuis 1997 et est passeée en Championnat en mai 2006.

La Tica a résolu la question des types de poils en acceptant toutes les catégories en exposition, du nu au brush, le poil normal excepté, bien sûr..

En France, Le Peterbald a été admis en championnat le 1er janvier 2007.

Vous voulez discuter, diffusez un message sur notre page.

Blog Animaux

  1. 13 Fév. 2018Les opérations animales les plus chères726 clics
  2. 8 Juil. 2017J'ai du mettre un collier anti-aboiement à mon chien1016 clics